Menu English Ukrainian Russe Accueil

Bibliothèque technique gratuite pour les amateurs et les professionnels Bibliothèque technique gratuite


ILLUSIONS VISUELLES (OPTIQUES)
Illusions visuelles (optiques) / Inconvénients et défauts de vision

Inconvénients et défauts de vision. Encyclopédie des illusions visuelles

À loisir / Illusions visuelles (optiques)

Commentaires sur l'article Commentaires sur l'article

<< Retour : Le dispositif de l'œil et les sensations visuelles

>> Transférer : Illusions associées aux caractéristiques structurelles de l'œil

Essayons de comprendre plus en détail les indications individuelles données précédemment sur les défauts de la structure de l'œil, sur les raisons de la perception inexacte de certaines images visuelles.

Les inconvénients et les défauts de vision peuvent être classés d'une manière ou d'une autre.

Premièrement, il existe des irrégularités dans l'œil humain normal qui sont inhérentes à chacun sans exception - ce sont les aberrations* du système optique de l'œil (sphérique, astigmatisme et chromatique), la présence d'une tache aveugle, l'irradiation et les phénomènes entoptiques.

* (Du latin - déviation.)

Deuxièmement, il existe des défauts de vision individuels, parfois congénitaux, parfois acquis avec l'âge - ce sont la myopie et l'hypermétropie, le strabisme, le daltonisme nocturne et le daltonisme.

Troisièmement, nous pouvons nommer les modèles psychologiques généraux des sensations visuelles, tels que le seuil absolu, les seuils de discrimination, la relation entre le stimulus et la force de la sensation, l'adaptation, le contraste simultané, les images séquentielles et la relation des sensations visuelles avec d'autres processus psychologiques. . Chacun de ces modèles peut influencer l'exactitude et la fiabilité de la perception visuelle de la réalité objective.

Enfin, quatrièmement, également limité par les limites correspondantes de perception du contraste de luminosité, de sensibilité spectrale, de degré de relief, ainsi que d'inertie de la vision, ils peuvent soit interférer avec la révélation de l'essence du phénomène, soit être utilisés de manière bénéfique pour le processus de cognition. .

Ainsi, les limitations et caractéristiques de l’œil normal et les défauts visuels individuels limitent considérablement le rôle des sensations visuelles dans la cognition du monde environnant. Si nous prenons également en compte la subjectivité des valeurs seuils des fonctions visuelles, la grande variété de propriétés des organes visuels chez différentes personnes, il devient alors clair à quel point nous recevons peu d'informations précises sur le monde qui nous entoure en utilisant uniquement nos sensations. .

C'est une croyance répandue qu'il est difficile de rencontrer deux personnes qui ont exactement les mêmes propriétés de l'appareil visuel. Voici, par exemple, le raisonnement d’un jeune homme à ce sujet.

"Un ami et moi sommes assis en été au milieu d'une verdure parfumée au bord d'une rivière forestière et observons une merveilleuse variété de phénomènes. Mon ami est blond aux yeux gris bleuâtre. Depuis son enfance, il porte des lunettes qui corrigent l'astigmatisme. " Je suis brune, j'ai les yeux marron foncé. Je crois que je vois parfaitement, même si on me dit que parfois je roule tellement de l'œil gauche que la pupille est près de l'arête de mon nez. Je ne sais pas si mon " Mon ami voit exactement la même chose que moi. Comment puis-je savoir ce qu'il voit ? Cependant, il est possible et même certain que je verrais une image étrange si je regardais tout à coup tout autour de moi à travers les yeux de mon ami. "

Les arguments de ce jeune homme sont-ils justes ? Par rapport à la différence formelle dans les propriétés et les défauts des structures optiques des yeux d'un jeune homme et de son ami, ces raisonnements sont justes.

Cependant, le processus visuel n'est pas seulement la fixation d'images optiques d'objets sur la rétine, mais aussi le travail simultané des centres cérébraux, l'activité du système nerveux central et l'utilisation de l'expérience accumulée. Par conséquent, le raisonnement du jeune homme sur les perceptions visuelles de lui et de son ami est injuste.

D’une part, les yeux de chaque personne ont leurs propres défauts, auxquels leur propriétaire s’est déjà adapté et les élimine de manière totalement inaperçue à certains stades de la perception visuelle. D'autre part, les deux camarades, étant membres du même environnement social, bénéficient des mêmes résultats du développement évolutif de l'appareil visuel, de la même expérience sociale accumulée par l'humanité et de leurs visions modernes communes sur la nature. Ainsi, à partir d’une conversation entre eux, on peut découvrir qu’ils perçoivent de la même manière les phénomènes du monde extérieur avec leurs différents yeux, à de très rares exceptions près. Ceci explique l'objectivité des sensations visuelles, ainsi que leur relativité, c'est-à-dire la présence en elles d'une part d'erreur et de manque de fiabilité. L'influence des caractéristiques structurelles d'un œil humain normal sur la perception erronée de la réalité sera discutée dans la section suivante. Ici, nous nous concentrerons particulièrement sur les défauts visuels individuels, congénitaux ou acquis, afin que plus tard, lors de la description de certaines illusions, nous puissions nous référer à ces brèves informations.

Si l'on vérifie l'accommodation d'un œil normal, il s'avère que le point le plus éloigné que l'œil peut distinguer dans un état calme se situe théoriquement à l'infini, mais pratiquement à une distance supérieure à 15 m. Ce point est considéré comme lointain. Le point clairement visible à la distance la plus proche des yeux est appelé le point le plus proche. Pour un œil normal, ce point est situé à une distance de 10 à 15 cm. La distance séparant le point éloigné du point proche est appelée distance d'accommodation.

Si une image claire d'un point sur la rétine de l'œil est obtenue lorsqu'il est retiré à une distance ne dépassant pas 35 cm, l'œil souffre d'une légère myopie, de 35 à 10 cm - un degré moyen, et si le maximum la distance de vision claire ne dépasse pas 10 cm - un degré sévère de myopie. D'après la fig. 4, le degré de myopie est déterminé par l'angle formé entre le rayon aN venant de l'infini et le rayon venant du point éloigné A, c'est-à-dire l'angle aNA ou, ce qui revient au même, NAM. La mesure de l'accommodation est déterminée par la différence entre les angles NBM et NAM aux points éloignés et proches. Par exemple, supposons que pour un œil myope, le point éloigné soit à 180 mm de l'œil et le point proche à 100 mm. Dans ce cas, le degré de myopie s'exprime par un angle de 1/180 = 0,0056, soit 5,6 D (dioptries)*. La mesure de l'accommodation s'exprime par la différence des angles 1/100-1/180=4/900 =0,0044, soit 4,4 D.

* (Les angles exprimés en millièmes sont généralement appelés dioptries en optique. Une dioptrie est la puissance réfractive d'une lentille dont la focale est de 1 m.)

Illusions visuelles (optiques) / Inconvénients et défauts de vision
Riz. 4. Oeil myope. L'image de l'objet est obtenue devant la rétine

Un œil myope a le foyer principal du système réfractif devant la rétine. Si l’objet en question se rapproche de l’œil, alors son image se rapproche également de la rétine. Dans le cas de la myopie, soit l'axe de l'œil est trop long, soit la courbure du cristallin est grande, soit le pouvoir réfractif des autres milieux de l'œil est grand. La myopie est corrigée avec des lunettes à verres concaves.

Un œil hypermétrope est soit trop court, soit son cristallin présente une légère courbure. Dans ce cas, des images d'objets seront obtenues derrière la rétine, et un tel œil dans un état détendu ne pourra voir clairement aucun objet. En effet, à mesure que les objets s’approchent de loin, le point de convergence de leurs rayons dans l’œil s’étend encore plus loin derrière la rétine. Ce n’est qu’en recourant à l’effort d’accommodation que cet œil peut voir, et il voit mieux les objets éloignés que les objets proches. L'hypermétropie est corrigée par des lunettes à verres convexes (positifs), qui augmentent le pouvoir réfringent de l'œil.

Le plus grand degré d'hypermétropie survient avec l'aphakie, c'est-à-dire en l'absence de cristallin et en l'incapacité de l'œil à s'adapter. Les yeux âgés doivent être distingués des yeux hypermétropes, parfois quasiment dépourvus de capacité d'accommodation en raison d'une diminution de l'élasticité du cristallin au fil des années. Dans ce cas, le point proche s’éloigne de plus en plus de l’œil. À l’âge de 45 ans, ce point se situe déjà au-delà de la distance à laquelle un œil normal peut distinguer clairement les objets. L'hypermétropie sénile est corrigée à l'aide de lentilles convexes qui rapprochent les points proches et lointains.

Chez les personnes souffrant de strabisme, la ligne visuelle (regard) d'un œil est dirigée vers un objet qui attire l'attention, et la ligne de l'autre œil est déviée vers le nez (strabisme convergent ou interne) ou la tempe (strabisme divergent ou externe). ) vers le haut ou vers le bas. Le degré de strabisme est déterminé par l'angle formé par la ligne de vision de l'œil qui louche et la direction normale.

Il existe deux types de strabisme : amical et paralytique. Dans le premier cas, les muscles moteurs des yeux sont normaux et leurs mouvements sont coordonnés, mais la position des yeux les uns par rapport aux autres reste toujours incorrecte. Possibilité de déviation constante du même œil, et parfois alternée ; plisse d'abord un œil, puis l'autre. Dans les cas où un œil voit mieux que l'autre, le meilleur œil fixe toujours et le second, le pire, dévie. Mais dès que vous fermez le meilleur œil, l’œil qui voit le moins bien commence à se fixer et le deuxième œil fermé devient dévié.

Ce type de strabisme est causé par un trouble de la partie motrice de l'appareil de vision profonde, un degré élevé d'hypermétropie ou de myopie et une mauvaise vision d'un des yeux. La vision coordonnée des deux yeux, qui nous donne la possibilité de recevoir des images plastiques profondes, est perdue. Un strabisme concomitant se développe souvent dès la petite enfance et peut être corrigé par l'utilisation de lunettes prismatiques. En cas de strabisme sévère, l'un des prismes corrige la déviation existante de l'axe visuel de l'œil qui louche, et l'autre dévie partiellement l'axe de l'autre œil, assurant ainsi la restauration de la vision binoculaire. Le strabisme paralytique résulte d'une paralysie de l'un des nombreux muscles moteurs de l'œil due à une maladie du système nerveux central. Dans ce cas, le mouvement de l'œil affecté est en retard et son axe est dévié sur le côté. Parfois, cela provoque une vision double des objets visibles. Ce type de strabisme ne peut être éliminé à l'aide de lunettes : une intervention chirurgicale aide. Il existe des cas connus de demi-cécité, c'est-à-dire perte de la moitié (droite ou gauche) du champ visuel, également due à une maladie du système nerveux central.

Les anomalies de l’œil par rapport aux schémas de base de la perception de la lumière et des couleurs se présentent sous la forme de défauts appelés « cécité nocturne » et daltonisme. La « cécité nocturne » (héméralopie) est un trouble de la perception de la lumière, qui se manifeste par une forte diminution de la visibilité dans un éclairage tamisé au crépuscule ou la nuit. Lorsque l’obscurité s’installe, lorsque les choses perdent pour nous leurs nuances chromatiques, une personne normalement voyante peut encore s’orienter assez facilement grâce à sa vision périphérique. Un sujet souffrant d'héméralopie se sent complètement impuissant, ne distingue rien, se cogne contre des objets, etc. L'adaptation à l'obscurité dans ce cas est soit sensiblement affaiblie, soit totalement absente. Les causes de ce défaut de vision sont souvent une mauvaise alimentation (manque de graisse, de vitamine A) ou un travail prolongé sous un éclairage trop intense.

Le daltonisme peut être complet ou partiel. Les personnes souffrant de daltonisme complet ne distinguent aucune tonalité de couleur, elles ne distinguent pas un motif multicolore d'un motif monochrome. Pour eux, comme le montre la Fig. Le coquelicot et le bleuet diffèrent les uns des autres par les contours et la luminosité de l'image.

Illusions visuelles (optiques) / Inconvénients et défauts de vision
Riz. II

Toutes les nuances de couleurs d'un œil normalement voyant peuvent être reproduites en mélangeant dans des proportions appropriées au moins trois couleurs considérées comme couleurs primaires (rouge, vert et bleu). Par conséquent, les personnes normalement voyantes sont appelées trichromates. Le phénomène de trichromatisme anormal a été découvert en 1880 par D. Rayleigh. Les personnes souffrant de cette anomalie visuelle étaient capables de reproduire toutes les couleurs en mélangeant les trois mêmes couleurs que les personnes ayant une vision normale, mais elles ajoutaient trop de vert. Ainsi, un mélange qui leur apparaît blanc est en réalité vert, un mélange qui nous apparaît blanc est considéré comme rose.

Les personnes complètement daltoniennes sont monochromates, car elles reçoivent toutes les nuances des objets uniquement en raison des variations d'intensité d'un même stimulus. Le daltonisme complet est un phénomène très rare. Les troubles partiels de la vision des couleurs sont plus fréquents, par exemple lorsqu'un sujet, percevant toutes les couleurs à sa disposition, ne mélange que deux couleurs de base - le vert et le bleu (daltonien ou daltonien - c'est le daltonisme du premier type - protonopie ) ou rouge et bleu (daltonisme vert - daltonisme du deuxième type) - deutéronopie). Enfin, le troisième type de daltonisme partiel (tritonopie) est le « daltonisme violet ».

Le célèbre chimiste anglais D. Dalton souffrait de protonopie, qui décrivit pour la première fois en 1794 ce défaut de sa vision. Dalton remarqua que la fleur de géranium, qui paraissait rose à tout le monde, lui paraissait bleue le jour et rouge le soir, à la lueur des bougies. Tout le monde lui a assuré qu'il n'y avait aucune différence notable dans la couleur des pétales de géranium pendant la journée et le soir. Cette observation a incité Dalton à étudier la particularité de sa vision, et il a constaté que les couleurs rouge, orange, jaune et vert lui semblaient presque les mêmes : il les appelait toutes jaunes. Mais il pouvait bien distinguer les couleurs bleues et violettes. Dalton a déclaré que le sang lui semblait vert bouteille et que l'herbe était presque rouge.

Il est difficile d’imaginer comment Dalton, qui souffrait d’un daltonisme si grave, ne l’a pas découvert avant l’âge de 26 ans. C’était peut-être une conséquence de notre capacité à ignorer ce qui nous est familier. Une personne souffrant de daltonisme peut souvent penser qu’elle a raison et que son entourage a tort. Dans la vie, il existe des cas connus de daltonisme acquis, mais dans la plupart des cas, ce défaut de vision est congénital et se transmet par la lignée féminine, principalement à la progéniture mâle. Environ 4 % de tous les hommes souffrent de daltonisme, tandis que chez les femmes, tous les types de daltonisme sont beaucoup moins fréquents - pas plus de 0,5 % de toutes les femmes.

Pour le deuxième groupe de daltoniens (deutéronopes), un trait caractéristique est l'incapacité de distinguer le vert clair du rouge foncé et le violet du bleu, alors qu'ils ne mélangent pas le violet avec le bleu, mais le mélangent avec le gris.

Le troisième type de daltonisme partiel est observé beaucoup moins fréquemment. Pour les tritonopes, l'ensemble du spectre ne contient que des nuances de rouge et de vert.

Pour de nombreuses professions, le daltonisme ne constitue pas un inconvénient majeur. Mais il existe des professions où la capacité de distinguer les couleurs avec confiance et rigueur est essentielle - par exemple, une personne daltonienne travaillant comme conducteur, volant, conducteur, etc. peut toujours provoquer un désastre en confondant une couleur de signal avec une autre. Une personne daltonienne qui ne peut pas déterminer les couleurs des solutions et des colorants ne peut pas travailler avec succès dans certaines opérations dans les industries chimiques, de l'imprimerie, du textile et autres. Les métiers d'artiste, de botaniste, de tailleur, de médecin et quelques autres nécessitent également une vision normale des couleurs.

Actuellement, pour tester le daltonisme, on utilise des tableaux dans lesquels, parmi les taches d'une couleur, il y a des taches d'une autre, qui constituent ensemble un chiffre, une lettre ou un chiffre pour chaque personne normalement voyante. Les daltoniens ne peuvent pas distinguer la couleur de ces taches de la couleur des taches qui servent de fond et ne peuvent donc pas « lire » les chiffres, lettres ou chiffres correspondants.

En figue. I, posé sur un insert coloré, montre la table d'essai du Prof. E. B. Rabkina, dans lequel une personne daltonienne et daltonienne ne voit pas de cercle et une personne daltonienne ne voit pas de triangle. La vision des couleurs dans les conditions modernes donnera à une personne de plus en plus de plaisir non seulement grâce à la perception de la beauté de la nature et de la peinture, mais également dans les nouvelles formes d'art - la photographie couleur et le cinéma. La couleur devient de plus en plus importante dans l'industrie, car il s'avère que la productivité du travail dépend en grande partie de la coloration correcte des locaux et des équipements de production. Le temps n’est pas loin où la télévision couleur, puis la musique couleur, se généraliseront.

Illusions visuelles (optiques) / Inconvénients et défauts de vision
Riz. je

Une étude plus approfondie et une consolidation de plus en plus efficace des propriétés bénéfiques de l'appareil visuel humain permettent de neutraliser et d'éliminer partiellement les effets néfastes des déficiences et défauts de notre vision.

Auteur : Artamonov I.D.

<< Retour : Le dispositif de l'œil et les sensations visuelles

>> Transférer : Illusions associées aux caractéristiques structurelles de l'œil

Dernières nouvelles de la science et de la technologie, nouvelle électronique :

Les loutres apprennent rapidement les unes des autres 20.05.2024

L'intérêt pour la capacité des animaux à apprendre et à transférer leurs expériences de génération en génération a toujours attiré l'attention des scientifiques. Dans une nouvelle étude, des scientifiques britanniques ont mené des expériences avec des loutres sans griffes de l'Est et ont découvert que ces animaux sont non seulement capables d'observer et d'apprendre de leurs proches, mais également de mémoriser les connaissances acquises afin de les appliquer à l'avenir. L'expérience a été réalisée par une équipe de l'Université d'Exeter. Les scientifiques ont présenté aux animaux diverses énigmes impliquant l’ouverture de récipients transparents contenant de la nourriture. L’étude a montré que les loutres observent et apprennent de leurs proches, appliquant ces connaissances pour résoudre des problèmes. De plus, lorsque l'expérience a été répétée plusieurs mois plus tard, les loutres ont terminé les énigmes 69 % plus rapidement, ce qui indique leur capacité à mémoriser et à appliquer les solutions apprises précédemment. L’étude a également révélé que la capacité d’apprentissage dépend du sexe et de l’âge de la loutre. Démonstrateur hommes et adultes ...>>

Puce quantique de 504 qubits 20.05.2024

L’informatique quantique est l’un des domaines les plus prometteurs de la science moderne. Les scientifiques du monde entier s’efforcent de créer des ordinateurs quantiques plus puissants et plus efficaces. Dans ce contexte, des scientifiques chinois ont réalisé une avancée significative en développant une puce informatique quantique de 504 qubits, ouvrant ainsi de nouveaux horizons à la recherche dans le domaine de l'information quantique et de la physique. La nouvelle puce, appelée Xiaohong, est la plus grande au monde et est conçue pour améliorer l'interaction des bits quantiques dans ce type d'ordinateur. Il représente un outil prometteur pour résoudre des problèmes complexes auparavant inaccessibles aux ordinateurs classiques. Le développement de la puce a été réalisé par des spécialistes de l'Académie chinoise des sciences et de QuantumCTek. En collaboration avec China Telecom Quantum Group, ils travaillent à intégrer cette technologie dans de nouveaux ordinateurs quantiques. Le nouveau système devrait être mis à la disposition des chercheurs du monde entier via une plate-forme informatique quantique basée sur le cloud. ...>>

Magicien clignotant et son public 19.05.2024

La magie et les illusions ont toujours retenu l’attention du public, mais que se passe-t-il dans les coulisses du magicien et dans le cerveau de son public ? Des scientifiques britanniques ont décidé de résoudre ce mystère en menant une nouvelle étude impliquant dix illusionnistes aux expériences variées. Les illusionnistes, dont certains pratiquaient la magie depuis plus d'un demi-siècle, d'autres depuis seulement six mois, ont été invités à démontrer le même tour : le tour populaire de la pièce de monnaie. Les enregistrements de leurs performances pendant l'entraînement et sur scène ont montré que chacun d'eux commençait à cligner des yeux beaucoup plus souvent au moment d'exécuter le tour. Les résultats de l'étude indiquent que la fréquence des clignements des magiciens peut être liée à des aspects inconscients de leur performance. Dans le même temps, comme l'ont découvert les scientifiques, les spectateurs commencent également à cligner des yeux plus souvent, suivant les mouvements de l'illusionniste. Cette observation conforte l’idée selon laquelle les magiciens pourraient être des catalyseurs du clignement des yeux du public. Des recherches supplémentaires ont montré que les magiciens clignent des yeux plus souvent pendant... ...>>

Nouvelles aléatoires de l'Archive

Four pour les amateurs de radio 01.07.2015

Avec le passage de la diffusion de masse au mode en ligne, l'utilisation des radiofréquences est devenue le lot des chauffeurs de taxi (pour l'écoute de Road Radio) et des employés des grandes entreprises de logistique (pour la recherche de marchandises à l'aide d'étiquettes RFID). Cependant, grâce à une nouvelle invention, les ondes radio pourront bientôt revenir dans chaque foyer - pour chauffer les aliments.

La société américaine Freescale Semiconductors est l'une des pionnières dans la production de composants semi-conducteurs. En 65 ans d'existence, elle est devenue un acteur de premier plan sur les marchés de l'automobile, des systèmes embarqués et des équipements de communication. Lors d'un forum technologique qui vient de se tenir à Austin, au Texas, la société a dévoilé le plus petit module monopuce au monde destiné à être utilisé dans "l'Internet des objets" - un futur réseau informatique d'objets physiques ("objets") équipés de technologies embarquées pour interagir avec entre eux ou avec l'environnement extérieur.

Parmi ces choses, Freescale Semiconductors voit des fours de cuisine. Mais pas les fours à micro-ondes habituels, mais des fours fonctionnant en radiofréquence. Contrairement aux fours à micro-ondes, qui utilisent des magnétrons, qui génèrent des micro-ondes lorsqu'un flux d'électrons interagit avec un champ magnétique, le four Freescale, ou plutôt son prototype, utilise des émetteurs radiofréquence. Ils sont basés sur une technologie développée par l'entreprise il y a des années pour alimenter les tours cellulaires.

Le rayonnement RF permet un contrôle plus précis des cycles de cuisson, de la répartition de la chaleur et de la cuisson.

Selon l'entreprise, un tel four est capable d'amener rapidement et uniformément des aliments crus ou surgelés à l'état souhaité. De plus, les mêmes émetteurs sont capables de déterminer le degré de préparation des aliments. Et le « four radio » n'interfère pas avec le Wi-Fi, car il fonctionne à des fréquences bien inférieures aux 2,4 GHz inhérents aux micro-ondes. Les ambitions de l'entreprise incluent un partenariat avec les supermarchés et la transformation du poêle, modestement appelé Sage - "Sage", en nœud principal de "l'Internet des objets". Mais pour l'instant, c'est encore un prototype.

Autres nouvelles intéressantes :

▪ Sur la musique de Vivaldi

▪ Le cerveau des garçons et des filles réagit différemment au stress

▪ PC de jeu Acer Predator AG3-605

▪ Combiné Fusil-Canne

▪ Refroidisseur Thermaltake ToughAir 510

Fil d'actualité de la science et de la technologie, nouvelle électronique

 

Matériaux intéressants de la bibliothèque technique gratuite :

▪ section du site Mise à la terre et mise à la terre. Sélection d'articles

▪ article Alcoolisme et ivresse. Bases de la vie en toute sécurité

▪ article Combien de types de climat existe-t-il ? Réponse détaillée

▪ article Réparateur de flotteurs. Instruction standard sur la protection du travail

▪ article Port infrarouge pour ordinateur. Encyclopédie de l'électronique radio et de l'électrotechnique

▪ article Les perles disparaissent et réapparaissent. Concentrer le secret

Laissez votre commentaire sur cet article :

Nom:


E-mail (facultatif) :


commenter:





Toutes les langues de cette page

Page principale | bibliothèque | Articles | Plan du site | Avis sur le site

www.diagramme.com.ua

www.diagramme.com.ua
2000-2024